Un seul "hêtre" vous manque !

par Théo  -  15 Octobre 2018, 16:46

Un seul "hêtre" vous manque !

Les arbres meurent… De soif, le plus souvent, à cause des périodes répétées de sécheresse et de canicule. Le manque d’eau provoque de fortes tensions dans la colonne d’eau qui va des racines aux feuilles, cela peut aller jusqu’à la rupture de cette colonne d’eau et créé une embolie. Avec un système vasculaire endommagé, l’arbre ne peut plus s’abreuver correctement. Les cimes s’assèchent en général les premières, puis le reste du tronc. Cela peut aller jusqu’à la mortalité complète de l’arbre.

Un seul "hêtre" vous manque !

Un grand nombre de massifs forestiers français sont en danger, en silence. Et avec eux, tous les services rendus par la forêt : biodiversité, stabilité des sols, ressources en eau, stockage du CO2, ressources pour la construction et le chauffage… En cause : le réchauffement climatique, son lot de sécheresses, de dérèglements saisonniers, de tempêtes, d’insectes ravageurs... et une gestion en quête de rentabilité à court terme.

Un seul "hêtre" vous manque !

70 % des arbres du monde souffriraient aujourd’hui de sécheresse, selon une étude internationale.  La répétition des périodes de sécheresse et leur intensité fait un maximum de dégâts.

Un seul "hêtre" vous manque !

En France aussi, les arbres meurent de soif. Chênes pédonculés dans le Centre, douglas dans le Tarn, pins sylvestres en Haute-Provence, sapins dans les Alpes maritimes, hêtres ailleurs... de nombreux arbres se sont éteints durant les précédents étés, aux quatre coins du pays.

Un seul "hêtre" vous manque !

Pour éviter de transpirer par leur feuillage, les arbres ferment leurs stomates, ces sortes de pores qui parsèment chaque feuille. Ce faisant, ils arrêtent d’absorber du CO2 et réduisent leur activité de photosynthèse. Or, c’est grâce à la photosynthèse que les arbres croissent et constituent leurs réserves sous forme de sucre, source d’énergie. Ceux qui ferment leurs stomates rapidement en situation de sécheresse voient donc diminuer leur croissance et leurs stocks de réserves. Ils sont en danger de mort.

Un seul "hêtre" vous manque !

La diminution de l’activité de photosynthèse a une autre conséquence : elle réduit l’effet « puits de carbone » des arbres. Une étude révèle que la capacité mondiale des forêts à absorber le CO2 a diminué de 50 % ces quinze dernières années ! Aucun scénario climatique n’a, pour le moment, intégré cette donnée qui pourrait pourtant faire grimper encore plus vite le taux de gaz à effet de serre présents dans l’atmosphère.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :